Biologie de l’habitat

L’homme évolue et puise son énergie dans quatre éléments majeurs de la biosphère sur lesquels reposent sa santé biologique et son confort psychologique.

  • L’air
  • L’eau
  • La terre et les minéraux
  • Le feu et les champs et rayonnements naturels
L’engagement ECOLOGIE et HABITAT

L’homme est en équilibre avec la biosphère

  • nos propositions tiennent clairement compte de leurs conséquences écologiques
  • nos projets et réalisations se veulent axés sur le bien-être global des occupants
  • un service de qualité et un langage sincère, c’est cela aussi, pour nous, l’écologie

Notre santé est indissociable de notre environnement bâti

Confort de l’habitat et de l’habitant

Notre corps est sensible à ces éléments et réagit en conséquence. Si notre seconde peau est constituée des vêtements que nous choisissons dans le but de « nous sentir bien » (ils sont agréables à porter = effet biologique / je me trouve bien habillé = effet psychologique) nous pouvons considérer notre habitat comme une troisième peau.

Notre objectif est de réaliser des bâtiments neufs et d’améliorer des bâtiments existants qui auront dans leur ensemble des impacts limités sur l’environnement et sur leurs occupants.

En effet la construction, l’entretien et l’usage de tout bâtiment induisent un impact sur leur environnement extérieur et intérieur. C’est pourquoi ISOLECO a adopté une démarche de sensibilisation à la dimension sanitaire et environnementale des produits qu’elle utilise et de ses méthodes de travail.

A ce titre, nous nous efforçons d’utiliser des produits écologiques et sains sur le long terme afin d’installer la notion de développement durable dans la réalisation de nos travaux. Nous nous efforcerons de proposer des solutions respectant la « Bio-transparence » de votre maison tout en apportant les performances des normes les plus exigeantes.

Confort : un subtil équilibre entre température et humidité

Dans le milieu médical, on recommande un taux d’humidité relatif entre 40 et 60%.

Une humidité trop faible peut occasionner des complications respiratoires, l’assèchement de la peau et des muqueuses, un niveau de poussière et de pollution de l’air plus important. L’air est alors considéré comme “trop sec”.

Dans le cas d’une hygrométrie supérieure à 60% ou 65%, le risque de déclencher des allergies est plus élevé. L’excès d’humidité peut se manifester par des murs froids ou humides, des taches sur les murs et plafonds, la présence de moisissure (salpêtre) ou le développement d’acariens. Mais le signe le plus évident est l’apparition de condensation (sur les fenêtres).

Il existe des solutions pour maîtriser l’hygrométrie d’un intérieur, et obtenir ainsi une atmosphère ni trop sèche, ni trop humide. Nos solutions vous permettront de réguler avec précision le taux d’humidité de chaque pièce en fonction de vos besoins.

Notez que la sensation de bien-être dans une pièce est aussi relative à la température qu’il y fait. Lorsqu’il fait 30°, un taux d’humidité de 60% est bien moins confortable qu’à 20°. La température moyenne idéale est de 19°. On peut néanmoins pousser jusqu’à 21° ou 22° pour une salle de bain et descendre jusqu’à 16° pour la chambre à coucher d’un adulte. Celle d’un jeune enfant devra rester constante à 19°.

Inertie et déphasage thermique

L’inertie thermique et le déphasage thermique sont deux notions importantes pour aborder la question de l’isolation. Elles sont directement liées au type d’isolation : par l’intérieur ou par l’extérieur.

L’inertie thermique

L’inertie thermique est la capacité d’un matériau à emmagasiner de la chaleur (ou du froid) pour le restituer ensuite progressivement. Plus un matériau est lourd et compact, plus son inertie thermique est importante.

Le déphasage

Le déphasage thermique est la capacité à différer et lisser les variations de température. Il est donc lié à l’inertie thermique et au type d’isolation. Le déphasage se sert de l’inertie thermique pour jouer un rôle de tampon. Il peut être de quelques minutes en lissant les apports solaires pour éviter les à-coups du chauffage, mais aussi être de plusieurs heures pour emmagasiner la chaleur du jour afin de la restituer la nuit et éviter ainsi que le bâtiment ne baisse trop en température.

L’inertie thermique et le déphasage requièrent une attention particulière dans la conception bioclimatique de votre logement car ils influent sur les consommations de chauffage et le confort intérieur.